04/09/2007

 

Ah les calamités ! un de mes groupes bubblegum préférés , voilà ce que j'ai trouve sur ce site qui leur est dédiée, laissons parler les spécialistes : www.calamiteux.com/Pour des millions de Français, Les Calamités n'évoquent qu'un duo pop féminin et un succès de l'année 1988, Vélomoteur .Pour quelques vrais fans de rock, Les Calamités furent surtout le premier girl band français à connaître la célébrité au début des années 1980.Mais leur nom reste aussi connu d'amateurs de French Pop et de rock garage au Japon et aux Etats-Unis.Et plusieurs jeunes groupes européens ont repris leurs chansons depuis la fin des années 1990.Le but de ce site est de tenter de rétablir la cohérence entre ces différentes visions du groupe, fondé dans la région de Beaune par Caroline Augier, Isabelle Petit et Odile Repolt il y a un peu plus de vingt ans, et de lui rendre sa place dans l'histoire du rock'n'roll.Dans l'histoire du rock français tout d'abord. Car Les Calamités ont d'abord été un élément de la scène rock française que l'on ne nommait pas encore alternative. Groupe provincial, comme beaucoup d'autres, chantant indifféremment en français et en anglais (ce qui les plaçait à la frontière entre deux conceptions du rock français), elles ont exprimé à leur manière le trop-plein d'énergie d'une jeunesse qui ne se contentait pas de la musique qui encombrait alors les médias nationaux. On ne peut pas leur ôter ce mérite, même si leur histoire musicale s'est achevée par un énorme succès commercial, qu'elles n'avaient d'ailleurs pas recherché.L'histoire du rock féminin ensuite. De nos jours les groupes de filles sont heureusement devenus chose courante dans le rock. Mais le phénomène est récent. Les girl groups sont apparu historiquement au début des annés 1960 aux Etats-Unis, en particulier avec les groupes de la Motown (dont Les Calamités reprendront plusieurs titres). Mais entre cette époque et la génération actuelle, il y a un maillon : celui du début des années 1980. En Angleterre il y eut les Bananarama, en Californie les Bangles - en France il y avait Les Calamités. Le rapprochement paraît incongru et presque provocateur. Pourtant il n'est pas artificiel : le premier titre des Bangles côtoie la première reprise en anglais des Calamités sur la même compilation américaine; et les Bananarama, qui avaient enregistré un titre des Velvelettes également repris par Les Calamités, font aujourd'hui l'objet d'un hommage par les Boonaraaas, qui avaient commencé leur carrière discographique avec une reprise des Calamités.Et pour finir, dans l'histoire du rock tout court. Parce que Les Calamités ont bien laissé une œuvre qui se compose évidemment de leurs disques, toujours vendus et réédités, mais aussi de leurs chansons, qui traversent le temps comme le prouvent leurs reprises par des groupes comme Sourire kabyle ou Curlee Wurlee.Surtout, comme le dit Enzo, "elles ont prouvé qu'il y avait moyen d'être un excellent groupe de rock, tout en étant NORMALES ". Rien que pour ça on doit se souvenir de leur courte carrière.cave1

09:13 Écrit par Miam Monster Miam dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.